39086557_1376433592490036_2499346142190370816_n.jpg

L’amoureux des ours et la main

Au cœur de la ville de Baugé-en-Anjou, cachée derrière son château, se niche une jolie maison bourgeoise du XIXème. Son propriétaire, qui la restaure avec patience et passion, a fait appel à mes services pour décorer sa future salle à manger : 50 m² de parquet en point de Hongrie, murs repeints à neuf couleur lie de vin, plafond, boiseries et huisseries en blanc.

« J’ai choisi un peintre en décor car je ne veux plus accrocher de tableaux, de lithographies : j’ai besoin des murs pour pouvoir meubler ma salle à manger , chose difficile car la pièce a 2 grandes fenêtres et 4 portes à double-vantaux .  En découvrant le travail de Marie-Laure lors d’une exposition, je savais que j’avais trouvé la solution à mon problème », explique le propriétaire.

Dans ce contexte, il me semble évident de privilégier les boiseries et lui propose immédiatement des décors monochromes à l’huile dans le style des Singeries du XVIIIème, dont la légèreté et la délicatesse me paraissent  parfaitement adaptées au cadre et au personnage.

Chemin faisant, je cherche à connaître les goûts de mon client et  il s’avère que  c’est un collectionneur d’ours (affiches, lithographies, sculptures, livres, jeux … ) : l’idée me vient de lui créer des « Ourseries » sur le principe des Singeries. L’enthousiasme se lit sur son visage et notre duo prend forme : j’ai besoin de son savoir et de ses modèles pour construire un décor cohérent et harmonieux ; il a besoin de mon savoir-faire pour réaliser un rêve qu’il n’avait pas encore fait !

Ce chantier fut un partage de savoirs, des échanges  d’une qualité rare où chacun, dans sa partie, nourrit l’autre.  Les « ourseries » réalisées sont le résultat d’un travail manuel, certes, mais aussi et avant tout, d’une création en binôme dont l’histoire et la scénographie se sont construites à  deux : les affiches qui jonchaient les tables et le canapé du salon, les publicités détournées (pour ne pas être anachroniques), les histoires revisitées en buvant le café, les gravures sorties des tiroirs ont été la source et le fruit des décors d’aujourd’hui. 

Je n’en suis que la main. Il en est l’âme.

 


Le paradis parfumé

Suite à des portes ouvertes dans mon atelier, un visiteur vient me voir et me dit : “J'ai un vieux bureau tout abîmé, sans valeur marchande, mais je l'aime parce qu'il appartenait à ma mère... pourriez-vous en faire quelque chose ?”. Fidèle à mon principe qu'en peinture tout est possible, je demande à voir le meuble. Quelques jours passent et le bureau m'est livré dans mon atelier. Ses courbes m'inspirent immédiatement !

Après avoir écouté mon futur client, ses souhaits, ses goûts, je lui propose de redonner vie à son bureau dans le style Napoléon III : fond noir qui me semble “masculiniser” l'objet pour lui et fleurs pour lui rappeler sa mère. Ce n'est qu'une ébauche de mots et encore très flou dans mon esprit, mais mon client s'en va en me donnant carte blanche ! Une gageure incroyable !

Au fil des jours, je nettoie, je ponce, je rebouche les trous, je reponce, je patine et... j'apprivoise ce bureau qui me parle : il me demande des dorures sur ses flancs, des fleurs à profusion et multicolores comme un paradis perdu... ou à retrouver ! Je me prends au jeu et après moult recherches documentaires sur le style Second Empire et fleurs, je me mets à l'ouvrage : point par point, pétale par pétale... j'essaie de recréer un paradis parfumé dont je me délecte à chaque coup de pinceau. Je ne compte plus les heures ; seul, le résultat compte !

J'ai fini ! Et je suis presque triste d'avoir fini ! il va falloir que je quitte ce bureau auquel je me suis tant attachée, il va falloir passer à autre chose... J'appelle mon client pour le prévenir que sa “commande” est prête : quand il arrive, je ne dis rien, je lui laisse découvrir “l'œuvre”. Il n'a pas de mot. Époustouflé.

Je suis ravie : j'ai redonné vie à un meuble oublié ; ce bureau qu'il aimait est devenu le sien et je crois faire perdurer le lien et la mémoire de sa mère par ce paradis peint pour elle et pour lui.

 

 
IMG_1012.JPG